Japon: dure réalité pour les jeunes mères dans les entreprises

Publié le par ATMPJ

Enceintes ou jeunes mamans, beaucoup de Japonaises se disent victimes du «mata-hara», appellation japonisée du «maternity harassment», le harcèlement des mères dans les entreprises, un comble dans un pays vieillissant et en cruel manque de bébés.

 

Pour de nombreuses Nippones, ce qui devrait être une période heureuse de leur vie peut tourner au cauchemar: mots déplacés, rupture de contrat, heures sup à gogo, tâches de forçat, etc...

«Mon chef m’a dit que les salariées en contrat à durée déterminée n’avaient droit ni au congé maternité, ni au congé éducation, que faire ?». Désemparée, une employée enceinte d’une agence de presse s’est confiée au centre d’appels de la confédération des syndicats de travailleurs. Et elle n’est pas la seule.

 

«Travailler est trop dur quand on est enceinte, vous feriez mieux d’arrêter», dit ainsi suavement le responsable d’un centre de soins à l’une de ses subordonnées, qui finit par suivre le conseil de son patron. Il parvient ainsi à ses fins.

«Avec le harcèlement sexuel et hiérarchique, le harcèlement maternel est la troisième grande discrimination contre les femmes au travail», explique un cabinet d’avocats spécialisés.

 

La suite sur Libération.

Publié dans News

Commenter cet article