Shinzo Abe ABE en visite à Myanmar pour tenter d’enrailler l’influence chinoise

Publié le par ATMPJ

 

Selon les spécialistes, le premier Ministre Shinzo ABE s’est rendu à Myanmar en vue de tenter de réduire la forte influence chinoise dans le pays. Cette visite était l’occasion de renforcer les liens récents entre ces deux pays qui se sont rapprochés depuis la fin de la dictature militaire en 2011.

M. ABE et le président Thein Sein se sont rencontrés dimanche dernier à Naypyitaw afin de discuter de l’introduction de la technologie et du savoir-faire japonais en vue d’aider à la construction d’infrastructures dans le pays et atteindre une croissance économique soutenue.

Le Premier Ministre japonais est venu avec une centaine de représentants de plus de 40 compagnies, toutes désireuses de tisser des liens avec le gouvernement et les leaders économiques birmans. L’apport financier et la création d’emplois que cela pourrait engendrer serait une véritable aubaine pour le pays.

Khun Tun Oo, président du parti politique ethnique est convaincu que « cela apportera rapidement de nombreuses opportunités en matière de partenariat économique ». Pyone Cho, dirigeant de l’éminent groupe d’activistes ’88 Generation Students, a déclaré à la presse « qu’il était temps pour Myanmar de choisir des investisseurs plus crédibles, comme le Japon ».

Le pays a été pendant longtemps la forteresse des intérêts économiques chinois et les protestations contre le manque de transparence des investissements chinois et les impacts négatifs sur la population et l’environnement sont nombreuses. Elles devraient prendre encore plus d’ampleur avec l’annonce d’un partenariat probable avec le Japon.

Face à cette insatisfaction grandissante, les Japonais sont perçus comme étant « plus méthodique et plus crédible » dans leur manière de gérer les affaires que les chinois. Selon les spécialistes, les investissements Japonais devraient créer de nombreuses opportunités d’emploi et placer les petites et moyennes entreprises au cœur de l’économie.

Même si beaucoup sont enthousiastes face à ce nouveau partenariat, d’autres gardent à l’esprit qu’il est fort probable qu’il ne profite qu’à une poignée de grandes entreprises et qu’il n’arrange pas la situation de la population birmane.

Les médias ont souligné le fait que le Japon avait déjà apporté son aide à Myanmar à l’époque où le pays était sous le contrôle du dictateur Ne Win et que la majeure partie des fonds n’a pas bénéficié à la population. Même l’icône de la démocratie et de l’opposition birmane, Aung San Suu Kyi, a récemment annoncé que « même si Myanmar accueillait la générosité japonaise avec enthousiaste, le pays attendait également des résultats ».

Publié dans News

Commenter cet article