Les dix clés du contentieux sino-japonais

Publié le par ATMPJ

La Chine et le Japon auraient dû célébrer jeudi les 40 ans de la normalisation de leurs relations diplomatiques. Mais les tensions en mer de Chine orientale, autour des îles Senkaku-Diaoyu, en ont décidé autrement. Pékin a annulé les célébrations, l'agence Chine Nouvelle affirmant qu'elles auraient lieu «en temps approprié». Une délégation de 175 dirigeants d'entreprise japonais a dû annuler sa visite annuelle en Chine, pour la première fois depuis trente-sept ans. Sur le front diplomatique, les passes d'armes continuent.

À New York, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, les chefs de la diplomatie des deux pays ont eu un entretien «très sombre», de l'aveu du ministre japonais. Selon Chine Nouvelle, le ministre chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi, a pour la première fois utilisé des termes forts, affirmant que ces îles étaient un «territoire sacré» de la Chine.

Le premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, a, lui, déclaré qu'il ne céderait rien et qu'«aucun compromis n'était possible», les îles «faisant partie intégrante de notre territoire, au regard de l'Histoire comme du droit international». Pékin a répliqué, se disant «très déçu» et affirmant que le Japon «persiste de manière obstinée dans son point de vue erroné».

 

Retouvez la suite sur le Figaro.fr

Publié dans News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article